Twitter response:

Catégorie : À la Une

Comment Montrer À Votre Enfant À Gérer Son Stress

Comment Montrer À Votre Enfant À Gérer Son Stress

Comment Montrer À Votre Enfant À Gérer Son StressVotre enfant aussi peut vivre du stress. Certains enfants sont plus sensibles que d’autres au stress.  Par exemple, le son d’une télé toujours ouverte, surtout s’il est fort, les dérange. Ou bien ils sont sensibles au ton de la voix et ils réagissent mal quand les parents se chicanent. Certains autres enfants sont témoins de violence conjugale – Cela leur fait vivre un grand stress.  Quand le stress est trop fort, cela peut empêcher votre enfant de se concentrer et d’apprendre. Il peut aussi être moins motivé et avoir des problèmes dans ses relations avec les autres. Votre jeune enfant peut vous démontrer son stress par des comportements dérangeants, comme pleurer, crier, mordre, frapper.

Avant l’âge de 3 ans, vous pouvez le bercer, lui lire une histoire, le masser pour l’aider à diminuer son stress. Après 3 ans, vous pouvez lui enseigner des moyens pour se libérer de ses émotions : la relaxation, la respiration profonde et des étirements comme le jeu du trou dans les nuages (voir la description ci-dessous). Vous pouvez aussi faire des activités qu’il aime et qui lui font du bien.  Cela va lui permettre de connaître les meilleurs moyens de gérer son stress, comme danser. Ces moyens lui serviront toute sa vie.  On apprend à gérer son stress en utilisant souvent des moyens de relaxation.

Vous savez que le parent est le premier modèle pour son enfant. Et que votre enfant reproduit souvent vos comportements dans plusieurs situations. Quand vous vous adonnez à la relaxation, à la détente ou à l’activité physique, vous montrez à votre enfant comment diminuer son stress et se sentir mieux.

Le jeu du trou dans les nuages

trou1Ce jeu permet d’étirer et de soulager les muscles tendus.  On se tient debout, bien droit. On met les mains sur les hanches.

trou2Puis on lève un bras au-dessus de la tête en l’étirant le plus possible. Comme si on essayait de toucher un nuage. On pousse fort.  Ensuite, on laisse son bras retomber lentement et on étire l’autre bras de la même manière.

trou4Puis on lève les deux bras en même temps au-dessus de la tête. On croise les mains en les tournant vers le haut et on soulève le nuage. Puis on laisse ses bras retomber lentement.  On répète cet exercice deux ou trois fois.

Éducatrices à la petite enfance, ces femmes pleines de tendresse!

Éducatrices à la petite enfance, ces femmes pleines de tendresse!

Éducatrices à la petite enfance, ces femmes pleines de tendresse!Elles, ce sont les personnes qui s’occupent de nos petits enfants avec tendresse. Les éducatrices à la petite enfance sont d’un soutien très essentiel pour ces parents occupés, et qui cherchent à mettre leurs cocos entre de bonnes mains. C’est un métier qui demande des qualités humaines particulières et surtout beaucoup d’amour, de dévouement et de tendresse.

De tendres éducatrices  à la petite enfance, ces femmes pleines de tendresse

Habituellement réservé aux femmes, le métier d’éducateur à la petite enfance s’ouvre petit à petit aux hommes maintenant. C’est un métier qui demande des qualités très particulières chez la personne qui l’exerce.

Les éducateurs et éducatrices sont ces personnes qui remplacent les parents pendant un certain moment de la journée, et qui créent des liens très étroits avec les petits-enfants. Ils surveillent et prennent bien soins de ces trésors. C’est pourquoi ils sont très souvent considérés comme des « gardiens-gardiennes » ou des « moniteurs-monitrices » dans la société. Leur rôle est très important dans notre société. Ce sont ces personnes qui procurent affection et tendresse à nos enfants. Ils jouent avec les enfants à travers des activités joviales pour garder un climat de bonne humeur et de complicité entre eux.

Les enfants ont tous besoin d’une certaine attention, et pour cela les éducateurs et éducatrices n’hésitent pas à chercher différentes méthodes pour divertir les petits et de leur permettre de passer des moments joviales en l’absence des parents. Ils doivent prendre en charge l’enfant à travers des activités créatives, sans oublier la nourriture, le temps de sommeil et les sorties pour les promenades et les découvertes. Tous les enfants ne sont pas les mêmes, et donc les éducateurs et éducatrices sont parfois appelés à avoir une approche différente propre à la nature de chaque enfant. C’est pour cette raison que ce métier peut être exercé que par des personnes tendres et très attentionnées. Car elles seront très souvent confrontés aux pleurs, aux cris et aux bruits. Les éducateurs et éducatrices à la petite enfance sont donc forcément des personnes capables de contrôler leurs nerfs!

Assistance au développement de l’enfant

Par ailleurs les éducateurs et éducatrices jouent aussi un rôle très important dans la vie de l’enfant. En effet, eux aussi participent au développement moteur, cognitif, créatif, sociaux-affectif et intellectuel du petit à travers des activités d’animation et d’encadrement de ce dernier.  Ils leurs apprennent de nouvelles activités et c’est eux aussi eux qui les font découvrir certaines choses pour la première fois de leur vie. L’éducatrice aide aussi l’enfant à faire ses premiers pas à la marche et à prononcer ses premiers mots. C’est un métier très noble et très passionnant qui demande beaucoup d’attention et de patience. Il ne peut être exercé que par une personne tendre qui aime les enfants et qui sait attirer leur attention.

En effet, les éducateurs et éducatrices doivent maîtriser les premières prises de contact avec l’enfant, avant de chercher à gagner la confiance et l’attachement de ce dernier. C’est le premier pas le plus important du métier. Ce qui procurera des moments de complicité et de gaieté à partager avec l’enfant. Il va donc des moments de changement de couches, de consolation, de petits câlins, d’activités de coloriage ou de bricolage, l’éducateur est aussi celui qui chante pour amuser les enfants et qui leurs procure des moments de joie et de tendresse.

Si vous recherchez de nouvelles activités  aux enfants pour les amuser dans en les aidant à se développer, cliquez ici pour découvrir le Club PAPILLON Jeunesse.

Les Enfants Ont Besoin de Temps

maman occupéeDans le monde très occupé d’aujourd’hui, le temps semble être un élément des plus compromettant.  La plupart des individus ont des enfants à un âge plus tardif et ils sont occupés à établir leur carrière. En conséquence, les parents ont moins d’énergie et vivent plus de stress.

Curieusement, nos parents étaient plusieurs frères et sœurs, avec moins de moyens financiers et aussi moins de confort – leurs parents ne stressaient pas à propos de la façon dont ils allaient élever leurs enfants ou comment ils allaient les envoyer à l’école ou au collège. Ils ont juste travaillé dur, vivaient avec des moyens modestes et ont laissé les choses suivre leur cours simplement. Et leurs enfants ont souvent très bien réussi, ils ont atteins de grandes sommets et ont été des personnes très vaillantes et diligentes.

fillette a l ecoleAujourd’hui, nous avons un ou deux enfants, avec tous le confort matériel mis à notre disposition. L’objectif fondamental d’un parent est de placer ses enfants dans la meilleure école et au collège, décider de la carrière de ceux-ci, c’est-à-dire une carrière qui puisse générer des flux de revenus maximum (comme cela semble être la mesure du succès d’aujourd’hui). Alors comment se fait-il que les enfants d’aujourd’hui soient moins concentrés, pas aussi vaillants, aussi intelligents que leurs générations précédentes et plus paresseux ?

Selon moi, il s’agit du remplacement du temps et de l’attention par le confort et les choses matérielles qui conduisent à cela. Nous leurs achetons les meilleurs jouets et plus de jouets chaque jour.  Les anciens sont jetés, égarés, brisés et aucune conséquence n’est mise en place. Les enfants perdent leur valeur pour l’argent et les choses. Nous pensons que des cadeaux coûteux font de nous de meilleurs parents. Non! Les recherches démontrent qu’un enfant a besoin d’affection émotive et non matérielle. Ils sont heureux de porter un t-shirt avec un trou ou s’ils n’ont que deux paires de jeans. Ils ne se soucient pas des marques ou de nouveaux et vieux. Ce sont les parents qui se préoccupent de ces choses et qui ensuite les imposent à leurs enfants.

Si nous pouvons consacrer du temps à nos enfants en leur lisant des contes, en jouant avec eux, à faire des sports de plein air, à faire du vélo avec eux, à jouer à des jeux de société, à marcher ensemble et discuter de la beauté de la nature – cela fera la différence pour être un bon parent.  L’enfant va être plus ouvert, écoutera plus, nous en dire plus à propos de sa vie et sera plus patient.

famille joueEssayez de remplacer votre tablette et la télévision de temps à autre pour jouer à un jeu de société ou pour faire une activité artisanale amusante. Faites un casse-tête avec votre enfant et voyez comment vous devenez engagés comme famille.  Jouez au football, basket-ball, faites du vélo avec eux et profitez de leur rire et leur joie de passer du temps ensemble – car ils grandissent très vite. Si nous attendons le moment où nous pensons que nous avons fait dans la vie, et maintenant nous allons passer le temps avec eux – devinez quoi – Ils peuvent ne plus jamais avoir besoin et apprécier le temps passé avec nous !

Pyramide de Maslow

Pyramide de maslow petite enfanceLe Club PAPILLON Jeunesse s’inspire également de la « pyramide de Maslow » pour répondre aux besoins des enfants. Tous les besoins sont importants, et ils doivent être comblés en respectant la hiérarchie (de la base au sommet). En effet, il nous sera très difficile de faire réaliser un apprentissage à un enfant fatigué ou affamé. De même, l’enfant doit se sentir aimé pour développer son estime de soi. Au cours du développement, on doit mettre l’accent sur la réponse à certains besoins.

Abraham Maslow (1908-1970) a été l’un des fondateurs de la psychologie humaniste dans les années 1950 et les années 1960.  Les recherches de Maslow étaient uniques en soit.  Maslow s’est porté sur des gens qui avaient réussi pour se demander comment ils s’y étaient pris. Il avança l’hypothèse que les gens étaient guidés par leurs besoins, et dès qu’un besoin était comblé, ils passaient au prochain besoin. Maslow reconnut aussi que certains besoins avaient priorité sur d’autres.

La pyramide des besoins d’Abraham Maslow est un outil bien connu et utilisé par les psychologues, les éducateurs, les chercheurs en béhaviorisme et entre autres par les gestionnaires et en mercatique (marketing).  Cette hiérarchisation des motivations, basée sur les besoins de la personne, est constituée de cinq niveaux principaux:

Mais quels sont les besoins fondamentaux des enfants?

  1. Besoins physiologiques – L’enfant a d’abord besoin de…
    ♥ Bien se nourrir;
    ♥ Bien dormir;
    ♥ Se vêtir proprement et convenablement selon la saison.
  2. Besoins de sécurité physique – Il lui faut…
    ♥ Se sentir à l’abri des menaces;
    ♥ Vivre dans un endroit ordonné et stable, sans peur;
    ♥ Avoir des principes moraux qui lui permettent de donner un sens aux événements.
  3. Besoin d’appartenance et d’affection – L’enfant a besoin de…
    ♥ Beaucoup d’amour;
    ♥ Donner et recevoir de l’affection;
    ♥ Faire partie d’un groupe;
    ♥ Sentir qu’il a sa place dans un groupe.
  4. Besoin d’estime – L’enfant a besoin…
    ♥ De s’aimer lui-même;
    ♥ D’être fier de lui;
    ♥ D’être respecté;
    ♥ D’être apprécié;
    ♥ D’être reconnu pour qui il est.
  5. Besoin de réalisation de soi – L’enfant a besoin…
    ♥ De bonnes chances de réussire sa vie personnelle et scolaire;
    ♥ D’utiliser ses talents;
    ♥ De mettre à contribution son intelligence, ses aptitudes.

Comment ajuster notre réponse à l’âge de l’enfant?

De 0 à 9 mois : « j’apprends à faire confiance » À cette étape de son existence, la satisfaction des besoins physiques occupe une large part du quotidien de l’enfant. La faim, le sommeil et l’hygiène orchestrent le déroulement de ses journées et des nôtres. Durant cette période de la vie, il est important de respecter le rythme individuel du tout-petit. L’enfant a également un besoin de sécurité auquel on peut répondre en lui fournissant un environnement stable (éviter les changements de milieux fréquents et précipités). Un horaire régulier et les mêmes personnes qui en prennent soin tous les jours assurent également un sentiment de sécurité. De plus, si à travers les soins physiques, l’enfant est pris, cajolé, bercé, touché, il se sentira aimé. C’est de cette façon que l’enfant développera la confiance en lui et les autres, ce qui lui permettra de progresser à l’étape de développement suivante.

De 9 à 18 mois : « j’explore » Bébé rampe, marche à quatre pattes puis sur deux, et bientôt il court vers les personnes ou objets. L’enfant de cet âge veut davantage d’indépendance, mais il craint de perdre ceux qu’il aime s’il s’éloigne trop. Il a souvent besoin d’être rassuré sur notre présence. En jouant spontanément à « COUCOU » avec lui, il apprend qu’on part, qu’on revient et qu’on ne disparaît pas pour toujours parce qu’il ne nous voit plus. Il convient également de lui expliquer les moments de séparation : « Je vais travailler, tu vas passer la journée avec Julie, je reviens le chercher après le dodo de l’après-midi ». Il est toujours préférable de quitter l’enfant en lui disant qu’on part, même s’il pleure beaucoup; habituellement, ce n’est pas très long et l’enfant apprend qu’on ne lui jouera pas de tours. Ces petits gestes permettent à l’enfant de se sentir en sécurité et aimé. Il sera donc davantage prêt à explorer son environnement, en sachant qu’il peut retrouver un adulte significatif (son parent, sa gardienne, son éducatrice) s’il en a besoin.

De 18 à 36 mois : « je m’affirme »! Durant cette étape, s’ajoute un nouveau besoin : L’AUTONOMIE. C’est l’âge du « Je suis capable » et du « NON ». C’est pour lui la seule façon de dire qu’il est différent. Le « non » lui apparaît très efficace, d’autant plus qu’il a commencé à se l’entendre dire lors de ses multiples explorations et expérimentations. L’enfant de cet âge a besoin de faire des choix pour avoir un sentiment de contrôle sur sa vie. L’adulte qui veut répondre à son besoin de décider lui permettra de choisir dans toutes les situations possibles. Toutefois, les choix doivent être réalistes et encadrés. S’il n’a pas le choix de s’habiller pour sortir, l’enfant a le choix de mettre un vêtement avant un autre ou de choisir entre deux vêtements. S’il n’a pas toujours le choix du contenu de l’assiette, il peut choisir par quel aliment il commence son repas, la quantité (un peu, moyen ou beaucoup) ou la couleur de son verre.

La plupart des situations imposées par l’horaire, les habitudes de vie et les obligations comportent des possibilités de choix, si on les cherche bien. L’habitude de laisser choisir l’enfant à cette période de la vie permet de le rendre plus autonome et confiant en lui. Cela peut aussi nous permettre d’éviter quelques crises, fréquentes à cet âge. Toutefois, si la crise est là, il vaut mieux « laisser passer l’orage », sans céder ou argumenter, afin que l’enfant n’utilise pas ce moyen pour obtenir ce qu’il désire. Après, l’enfant peut être consolé et invité à trouver une autre manière d’exprimer sa colère. L’adulte qui intervient avec calme permet plus facilement le retour au calme…

De 3 à 6 ans : « j’imagine et je prends des initiatives » C’est « l’âge d’or de l’imaginaire », une période où l’enfant manifeste une grande curiosité intellectuelle, un imaginaire débordant et beaucoup d’initiative. À cet âge, l’enfant a une logique toute particulière : il préférera un épi de maïs coupé en deux à un complet, parce qu’il croit qu’il en aura plus! Pour lui, plusieurs petits cadeaux valent mieux qu’un gros!

L’enfant aime jouer à faire semblant, seul et de plus en plus souvent avec d’autres : jeux dans le coin cuisine, jeux de maman et papa, de pompier, de médecin ou de coiffeur. Ces jeux sont très importants dans le développement de l’enfant, car ils répondent bien à un besoin primordial à cet âge : apprendre. Dans les jeux de faire semblant, l’enfant se fabrique des décors; il invente un scénario, il choisit un rôle, il donne de la place aux autres; il doit argumenter et parfois céder, il change de voix et utilise un nouveau vocabulaire; il exprime ses émotions et ses idées; il développe son imagination et sa créativité. Il fait donc des apprentissages dans tous les aspects de son développement : motricité, socialisation, affection, langage, intelligence.

La participation à son monde imaginaire est une bonne façon de manifester notre attention et notre affection et de lui faire sentir qu’il est important (estime de soi). Passer un moment quotidien avec lui pour jouer à ce qu’il veut (dessiner, raconter une histoire, jouer à la poupée et aux dinosaures) permet de développer la complicité et nous aide à mieux connaître notre enfant.

Développement Global des 0 à 5 ans

SUPER-BOYS-04Nous savons, grâce à un grand nombre de nouvelles recherches, à quel point il est important de stimuler les enfants dès leur plus jeune âge.  Plus ils auront d’expériences enrichissantes, de d’occasions de socialiser, d’apprentissages variés, de jeux et plus ils auront de chance de réussir dans la vie.  Notre train ci-dessous montre que l’apprentissage des enfants peut être décomposé en 5 aspects distincts.  L’aspect social , émotionnel, langagier, cognitif et physique.  L’ensemble de notre club est donc centré autour de ce concept.

Les enfants ont également besoin de développer les autres aspects de leur développement pour être équilibrés

L’aspect cognitif : Est l’ensemble de toutes les capacités mentales. Tous ces aspects du développement forment un tout et devraient tous être pris en considération pour favoriser un plein épanouissement de la personne.  L’équilibre étant la clé d’une vie heureuse et réussie. Et commencer tôt à un jeune âge est fondamental pour l’avenir de votre enfant.

L’aspect créatif : Par exemple, vous devez être créatif pour avoir des idées innovatrices,  résoudre les problèmes, stimuler le processus de pensée!

L’aspect langagier : Vous avez besoin de bonnes compétences linguistiques pour bien communiquer.

L’aspect moteur : La santé physique est le fondement de la vie pour chacun d’entre nous. Le développement moteur est un processus continu. L’enfant acquiert et perfectionne des habiletés motrices, tout au long de l’enfance, plus particulièrement entre 0 et 5 ans.

L’aspect sociaux-affectif : Vous devez être émotionnellement bien équilibré pour réussir dans tous les aspects de la vie y compris dans votre vie de couple devenu adulte.

Les 5 premières années de la vie de votre enfant, y compris celles dans l’utérus sont les plus importantes années du développement de votre enfant, plus que tout autre moment dans sa vie.  Que ce soit au niveau affectif, social, langagier, physique ou cognitif.  Ce sont tous des aspects de son développement à leur apogée. Une grande quantité d’études et des cas réels ont démontré que plus que jamais les 5 premières années de vie sont les plus susceptibles de modifier le cours de l’existence d’une personne. Le graphique ci-dessous donne un aperçu rapide de cette période charnière.

Affirmations Positives

3Les affirmations positives influencent notre vie car elles orientent notre attention et nos actions.  De nombreux thèmes sont abordés ou symbolisés : la confiance en soi, la tolérance, la volonté, la curiosité, la chance, la communication positive, l’altruisme, la gestion des émotions, l’apprentissage, l’amour, la pleine conscience, etc…

Je vous conseille de les répéter avec votre enfant ou de les intégrer dans une activité.  Par exemple, si votre enfant est stressé et qu’il est en âge de lire, imprimez une ou plusieurs phrases sur une feuille blanche et demandez-lui de les colorier selon son humeur. Cela mobilisera son attention, lui fera retrouver son calme, fera appel à sa créativité et le message imprimé cheminera dans sa tête pour se fixer dans sa mémoire, aidé par une émotion agréable.  Et bien sûre vous pouvez autant les utiliser pour vous!

Voici donc 100 expressions issues des préceptes de la psychologie positive, du développement personnel et de la parentalité positive.

  1. « Chaque essai me rapproche du succès. »
  2. « Tout travail porte ses fruits. »
  3. « J’ai le droit d’être différent. »
  4. « Je suis capable. »
  5. « Je me concentre sur ce que je veux. »
  6. « Les erreurs font partie de la réussite. »
  7. « J’ai le droit de me tromper. »
  8. « Je vais y arriver. »
  9. « La perfection n’existe pas. »
  10. « Je suis acteur de ce monde. »
  11. « Ma parole compte. »
  12. « Chaque action provoque une réaction. »
  13. « J’apprends de chaque expérience. »
  14. « Je pense positif, je vois positif, j’agis positif. »
  15. « Je poursuis mes rêves. »
  16. « J’ai le droit d’exprimer mes émotions. »
  17. « Derrière chaque émotion se cache un besoin. »
  18. « Je respire, je vis ! »
  19. « Je suis capable d’inventer des choses formidables. »
  20. « Je respecte mes choix et ceux des autres. »
  21. « Au plus j’essaie, au plus j’apprends, au plus j’ai de chance de réussir. »
  22. « Je suis le maitre de mon destin. »
  23. « J’aide les autres autant que possible. »
  24. « Je transmets mon savoir comme on me l’a transmis. »
  25. « La réussite est une question de temps, de volonté et de méthode. »
  26. « Il y a toujours plusieurs manières de voir les choses. » / « je choisis celle qui me convient le mieux. »
  27. « Il y a toujours plusieurs façons d’exprimer les choses. » / »je choisis celle qui ne blesse personne. »
  28. « L’humour est un atout. »
  29. « Un sourire réchauffe le coeur de tous. »
  30. « Les sourires sont contagieux. »
  31. « Je mets des mots sur ce que je ressens. »
  32. « Je peux le faire ! »
  33. « J’ai déjà réussi plusieurs exploits comme apprendre à marcher, lire, faire du vélo. »
  34. « Je suis apprécié et aimé. »
  35. « Il y a toujours quelqu’un qui pense à moi et qui m’aime. »
  36. « Je m’attends au meilleur. »
  37. « Mes 3 plaisirs du jour sont :… »
  38. « J’ai conscience de mes forces quand je prends plaisir dans ce que je fais. »
  39. « Au plus je m’entraine, au plus je m’améliore. »
  40. « Je suis ce que je fais. »
  41. « Je peux dessiner ce que je ressens. »
  42. « Je peux offrir mes créations autour de moi. »
  43. « J’accorde mon attention à mes amis. Ils en ont autant besoin que moi. »
  44. « Je demande l’attention quand j’en ai besoin. »
  45. « J’exprime mes besoins avec des mots ou des dessins. »
  46. « Ce que je ressens mérite d’être exprimé. »
  47. « Les émotions sont utiles. »
  48. « Le stress me permet de me dépasser. »
  49. « Je peux offrir un sourire ou un encouragement à quelqu’un, c’est gratuit et le stock est inépuisable. »
  50. « J’observe sans juger. »
  51. « Quand j’écoute ma respiration, j’ai conscience de vivre ici et maintenant. »
  52. « Mes rêves ont des messages. »
  53. « Le mouvement est la vie. »
  54. « Je visualise et écris ce que je veux atteindre. »
  55. « J’aime…(à compléter) ».
  56. « Je préfère…(à compléter). »
  57. « Je pose des questions et j’apprends à chercher des réponses. »
  58. « Quand on veut, on peut. »
  59. « J’aime redécouvrir ce que j’ai et j’accorde de l’attention à ce qui m’entoure. »
  60. « Je suis utile. »
  61. « Je serre le poing pour me donner de la force et du courage. »
  62. « Je propose mon aide. »
  63. « Je crois en moi. »
  64. « On ne peut me contrarier sans que je sois d’accord. »
  65. « Je répare mes erreurs quand c’est possible. Je m’excuse quand je suis allé trop loin dans mes actes ou mes paroles. »
  66. « J’ai confiance en mon imagination. »
  67. « Ce que je peux imaginer, je peux le créer. »
  68. « Il est normal d’éprouver des émotions, parfois plusieurs en même temps. »
  69. « J’aime penser aux gens qui m’aiment. »
  70. « Je pose des mots sur mes émotions agréables ou désagréables. »
  71. « Chaque jour qui commence est une nouvelle chance d’apprendre. «
  72. « J’ai le droit de pleurer. »
  73. « Je suis capable d’observer mes pensées, de les voir naitre et disparaitre. »
  74. «  »Quand j’y arriverai… » est mieux que « Si j’y arrive… »! »
  75. « Je n’ai pas réussi POUR LE MOMENT. »
  76. « J’agis envers les autres comme j’aimerais qu’ils agissent envers moi. »
  77. « J’apprends de mes erreurs et de celles des autres. »
  78. « J’ose demander de l’aide quand j’ai tout essayé et que je suis à court d’inspiration. Les autres apprécient de partager leur savoir-faire. C’est valorisant. »
  79. « Je suis conscient de mes efforts. »
  80. « Parler avec les autres m’enrichit. »
  81. « L’imagination est un muscle qui se développe en l’utilisant. »
  82. « J’écoute mes émotions, elles sont mon tableau de bord. »
  83. « Lorsque je respire profondément, je me sens apaisé. »
  84. « Je garde dans ma tête un lieu où je me sens en sécurité. »
  85. « J’ose ! »
  86. « Je grandis en prenant connaissance des idées des autres et en partageant les miennes. »
  87. « J’aime explorer, découvrir, être surpris. »
  88. « Je peux changer la teneur de mes souvenirs. Les rendre plus brillants, plus petits, plus grands, les faire défiler à l’envers, changer la voix des personnes. »
  89. « Je mérite d’être heureux. »
  90. « Ma volonté est une force que je peux contrôler. »
  91. « L’important est d’avancer. »
  92. « Je reconnais mon corps comme mon allié. J’écoute ses messages. »
  93. « J’apprends mieux en bougeant ! »
  94. « Je peux transformer ma colère en énergie positive et créative. »
  95. « L’amour ne se divise pas, il se multiplie. »
  96. « Au plus j’exerce ma mémoire, au plus elle s’améliore. »
  97. « Il y a plusieurs routes/solutions possibles pour arriver là où on veut. »
  98. « J’ai foi en l’avenir. »
  99. « Je déclenche ma chance. »
  100. « J’exprime ma gratitude et ma reconnaissance envers les autres. »